Juin 2020: Kenya / Nairobi: George surmonte ses hauts et ses bas avec la photographie

George Orimba surmonte ses hauts et ses bas avec la photographie à Mathare

Je fais de la photographie depuis longtemps. J’aime aussi lire des histoires de gens qui surmontent ainsi leurs bas émotionnels ou leurs crises psychologiques. Je n’ai jamais vraiment su que je pouvais me compter parmi eux. Mais maintenant, je peux voir à quel point la photographie a positivement affecté ma situation de vie et m’a aidé dans mes problèmes. Il y a des événements traumatisants, une dépression, un découragement dans ma vie. Je connais l’anxiété, les crises de douleur façonnent ma vie. Je souffre d’anémie falciforme. Mais la photographie me donne de la force et je vis bien malgré tout.

PBF m’a aidé à obtenir un apprentissage spécialisé il y a deux ans. Je pense que je peux prendre de bonnes photos maintenant. Surtout, il est très important pour moi que je réussisse à concrétiser nos projets. Depuis mon apprentissage, je fais partie d’un groupe de six personnes qui se spécialisent toutes dans une direction de la photographie. L’un traite des photos de la nature, un autre des objets d’art ou des gens. Nous nous aidons mutuellement dans le traitement de nos photos. Nous nous rencontrons, partageons nos expériences et nous soutenons mutuellement dans le traitement des photos. Nous nous empruntons la caméra. L’un de notre groupe utilise même un appareil photo à objectif unique Nikon D7000.

Il me le donne en prêt quand je vais à Mathereoù je travaille, prendre des photos. Voici un exemple: un garçon sourit. Il est heureux et satisfait de son football, même s’il ne l’a fait qu’à partir de sacs en plastique provenant des ordures et des cordes.

George Orimba

Voir aussi: https://bachmann-foundation.org/2017/01/16/januar-2017-aethiopien-geaorge-orimba-und-one-world-network/

Please, share this information!