Juin 2018: Kenya: Les effets des fortes pluies

Les effets des fortes pluies et des inondations au Kenya

Au cours des derniers mois, il y a eu de fortes pluies et des tempêtes dans toutes les régions de l’Afrique de l’Est. Les plus touchés étaient les habitants des bidonvilles et des villages ruraux reculés. Des biens immobiliers ont été perdus et plusieurs personnes ont été tuées par des inondations. Plusieurs rivières ont débordé de leurs berges et les barrages ont éclaté. En conséquence, les cultures et le bétail ainsi que les maisons individuelles et les écoles ont été gravement endommagés ou détruits. Dans les bidonvilles de Mathare à Nairobi, où nous réalisons la plupart de nos projets, des personnes ont perdu leur logement et ont été contraintes de déménager dans des abris d’urgence.

Dans le village de Bondo dans l’ouest du Kenya, où nous avons formé plusieurs jeunes hommes et femmes dans la production de briques, de la pluie et des vents soufflant forts hors du hangar, nous avons construit grâce à l’appui de PBF pour produire des briques et donc de développer un revenu durable.

Ici, dans le bidonville de Mathare à Nairobi, les salles de classe et les terrains de jeux sont inondés, l’apprentissage et les activités sportives sont interrompus. En raison du mauvais système de drainage, l’inondation a provoqué des maladies telles que le choléra et la dysenterie. La plupart des enfants manquent de vêtements et de chaussures de protection qui les exposent également à d’autres problèmes de santé.

Heureusement, les pluies semblent ralentir et nous espérons que les zones inondées se dessècheront rapidement afin que les enfants que nous soutenons avec le soutien mensuel du PBF puissent poursuivre leurs activités d’apprentissage et de sport.

Tapis d’hygiène

Au début du mois de mai, nous avons organisé un atelier pour les adolescents dans les trois écoles, que nous soutenons avec des serviettes hygiéniques réutilisables. Nous achetons ceux pour les filles les plus nécessiteuses dont les parents ne peuvent pas se permettre de tels besoins de base. L’atelier a été modéré par un pair mobilisateur bénévole qui a donné une conférence sur leurs besoins croissants à la fois les filles et les garçons qui sont dans leur adolescence. Cela a vraiment ridiculisé la moquerie des garçons, qui dans le passé ne comprenaient pas ce que leurs soeurs traversent pendant leur cycle menstruel.Nous espérons qu’à l’avenir, nous serons en mesure d’atteindre encore plus de filles avec un soutien sanitaire afin de ne plus manquer les cours en raison des changements biologiques dans leurs corps.

 

Please, share this information!